• TripAdvisor
  • Facebook
  • Instagram

Grand Sud Algérien

Tassilis du Hoggar

Au sud-est de Tamanrasset, le grand oued de la Tin Tarrabin débouche sur les tassilis du Hoggar. Constitués de plusieurs massifs bien individualisés (El Ghossor, In-Akacheker, In-Tehak, Tahaggart, Taguelmem't Sameden, Ti-Hettan, Tilanfaza, Youf-N'Aghlal, Youf-Ahaket), ils s'étirent sur environ 250 km et plongent au sud-ouest sous les sables de l'oued Tagrera. La barrière orientale est tranchée d'oueds venant du massif de l'Atakor ; plus fragmentée à l'ouest, elle est inexorablement envahie par le sable. Lieux d'aridité extrême, les tassilis du Hoggar ont été désertés par les nomades dans les années 70. La randonnée ne peut s'y faire qu'avec l'assistance d'un véhicule (eau et bagages).

Le Grand Erg Occidental

 

Le Grand Erg Occidental est une immense mer de sable en forme de croissant de 80 000 km² limitée au sud et sud-est par l'immense haut plateau du Tademaït, à l'ouest par l'erg er-Raoui et au nord-ouest par l'imposante chaîne montagneuse de l'Atlas. Le contraste y est étrange entre les dunes ocres et les dépressions de sable gris qu'elles enserrent.

Cette barrière apparemment infranchissable a toujours été sillonnée par les caravanes qui font la liaison entre les oasis disséminées dans les vagues de sable.

Les treks se font généralement vers le nord au départ de Timimoun où ils traversent les hautes dunes de sable en faisant étapes dans les oasis mythiques de la région du Gourara. Au delà du Gourara, certains treks s'immergent dans les régions du Tinerkouk et du Taghouzi.

Plus au sud, au départ d'Adrar, des treks vous emmènent dans l'immensité dunaire de l'erg Chech et remontent vers le nord jusqu'à Béchar via Béni-Abbes (ermitage du Père de Foucauld) et Taghit, un site absolument spectaculaire entouré d'un immense anneau de dunes rose orangé et planté de dattiers au bord de l'eau.

 

Timimoun et le Gourara

Le demi-million de palmiers que comptent la région du Gourara abritent les jardins où l'on cultive des céréales (blé, orge, sorgho, mekrout) et des légumes variés (salades, oignons, fèves, tomates…). Les jardins sont irrigués par les "séguias" (canaux) où court une eau bruissante. Comme la plupart des oasis du Gourara, Timimoun est située sur le rebord du plateau, dominant la "sebkhra", ancien cours d'un fleuve fossile; une arène rouge surgit d'entre les dunes ocre-jaune et roses, on l'on peut admirer, à l'ombre d'un bosquet, la forteresse du ksar et ses troncs de bois pétrifés.

 

Le Grand Erg Oriental

Le Grand Erg Oriental (190.000 km2), deux fois plus grand que le Grand Erg Occidental, est occupé à plus des deux tiers par une immense mer de sable. Il se trouve à l'est de l'Erg Occidental dont il est séparé par un haut plateau pierreux; il est délimité au nord-est par les monts des Ksour en Tunisie, au sud par le haut plateau du Tademaït et au sud-est par la hamada de Tinrhert. Cette partie du désert saharien est caractérisée par d'abondantes dunes de sable et des conditions climatiques extrêmement sévères. La hauteur des dunes augmente sur les pourtours et à la lisière avec la hamada Tinrhert. Les rares traces de végétation se concentrent dans de petites oasis situées au périmètre du désert; parmi les plus grandes, on trouve au nord celle de El Oued

 

Le Tanezrouft

Le Tanezrouft (150.000 km2), « pays de la peur et de la soif », est une région désertique, totalement inhabitée, du Sud Algérien. En 1935, elle est encore un blanc sur la carte, quand Théodore se lance à son assaut. Une partie de son immense territoire est occupée par un grand bassin lacustre qui appartenait au réseau hydrographique qui sillonnait le Sahara il y a environ 10.000 ans. L'immense haut plateau, délimité au nord-ouest par l'erg Chech en territoire algérien, au sud-ouest par le désert de El Khnachich au Mali et à l'est par le massif du Hoggar, est recouvert d'un désert pierreux, le reg, formé de blocs et de cailloutis rocheux. Très peu de treks sont organisés dans cette région.

 

L'erg Chech 

L'erg Chech (120.000 km2) est limité au sud par le haut plateau du Tanezrouft et à l'ouest par le massif du Yetti Eglab qui le sépare de l'erg Iguidi; il est séparé du Grand Erg Occidental au nord par un large bandeau de sable et par les collines de l'Ougarta, et de l'Erg oriental au nord-est par le haut plateau du Tademaït.

 

Le Tassili n'Immidir 

Au nord du Hoggar, le Tassili n'Immidir - moins fréquenté que le Tassili n'Ajjer, auquel il ressemble à s'y méprendre - est une barrière de grès entaillée par des gorges (comme celles d'Arak qu'emprunte la route transsaharienne). Une altitude plus élevée lui assure des pluies plus régulières, entretenant une flore très variée, et de nombreuses gueltas. On y trouve des peintures rupestres.

  

Entre Immidir et Ahnet, l'erg Mehedjebat et le Tassili de Tin Meskis sont un condensé de paysages sahariens : dunes très hautes aux couleurs superbes, peintures rupestres et petits canyons.

 

Le Tassili Tin Missao 

A 300 km au sud-ouest de Tam, le Tassili Tin Missao, isolé et assailli par les sables, est connu pour ses peintures représentant des chars garamantes.

 

Le Tassili Tin Rehro 

A 400 km au sud de Tamanrasset, à la verticale de la jonction des frontières Alégrie-Mali-Niger, le Tassili Tin Rehro - qu'on dit éloigné, difficile d’accès ou trop isolé - est une belle « alternative» lorsqu'on cherche la tranquillité. Au sud-est du Tin Rehro, se trouvent les trois petits tassilis d'In Rechlan, An Fidj et Zouzane.

La Tadrart

Ce plateau de 300 km de long, situé au sud-est du Tassili N'Ajjer, porte deux noms pour préciser que l'Akakus se trouve en Libye et la Tadrart en Algérie (Tadrat signifie la " montagne " en tamahaq).

La Tadrart est un véritable labyrinthe auquel l'érosion a donnée de somptueuses formes. Ces reliefs érodées sont envahis et enrobés par les coulées des dunes des splendides ergs de Ouan kassa et Tin Merzouga, aux couleurs variant du rouge au jaune en passant par le blanc.

La région du Tadrart Akakus est inscrite par l'Unesco au Patrimoine Mondial, reconnaissance de la richesse exceptionnelle de ses gravures et peintures rupestres.
A l'est, l'Akakus se présente comme une épaisse dalle de grès, relevée sur son flanc ouest, où elle domine la vallée de Ghat, et qui s'affaisse en pente douce vers l'est.

Atakor

Situé à 80 km de Tamanrasset, l'Atakor est le cœur du Hoggar. Massif volcanique, il culmine au Mont Tahat (2918m). Ses paysages sont principalement rocheux et constitués par des pics, des dômes et des aiguilles volcaniques qui donnent au relief un aspect très sauvage : pic Ilaman (2740 m), plateau de l'Assekrem (2730 m) où se trouve l'ermitage du Père de Foucauld, aiguilles de Saouinan, Tidjmayene, Tezoulaig, Iharen et Adouada.

  

Le Tassili N'Ajjer

Situé au nord-est de l'Atakor, le tassili des Ajjers (plateau des rivières, en tamahaq) est un plateau de grès de 350.000 km2 qui émerge des sables entre Algérie en Libye; sahauteur moyenne est de 600 m.

Autour et à l'intérieur du plateau, c'est une succession de falaises abruptes, de gueltas creusées dans les grès, de canyons étroits et profonds alternés de vastes cirques et de regs sombres, de " forêts de pierre " (les irrekanes des Touaregs). Les sables accumulés aux pieds des colonnes et des arches introduisent douceur et sensualité dans ces immensités silencieuses.

Une " flore relique " d'origine méditerranéenne y subsiste : lauriers-roses de la Guelta d'Essendilène, cyprès de Tamrit, …

Le tassili N'Ajjer a été rendu célèbre par Henri Lhote dans les 50's qui y répertoria des milliers de peintures et gravures rupestres. Le temple de la peinture rupestre est sans conteste le plateau de Jabbaren, un site pas particulièrement beau, aride et rocailleux, mais qui recèle près de 5000 peintures (au départ de Djanet, 20 km jusqu'au pied du plateau, puis 15 km d'ascension pénible).

CONTACT

Tél :  +213 23 49 02 14

         +213 23 49 02 15

          +213 23 49 02 20

         +213 23 49 02 21

Fax : +213 23 49 02 09

28 Rue Mustapha El Walid El Saïd Alger Centre